Vous êtes ici : Accueil > Productions & techniques > Cultures > Arboriculture > Châtaigne

Châtaigne

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La Châtaigne, une production à 2 vitesses

> Aperçu de la production mondiale

2 zones géographiques mondiales regroupent la production mondiale de châtaignes :
- l'Asie du Sud Est en plein développement,
- l'Europe méditerranéenne qui régresse.
Sur les 1 900 000 tonnes de châtaignes produites en 2010, 90% sont produites par le bassin asiatique, et 10% par le bassin européen.
En 1960, la répartition était de 60% pour l'Asie et 40% pour l'Europe.

ASIE du SUD EST
Volumes exprimés en tonnes (Source : FAOSTAT)

ASIE1 736 500
Chine1 620 000
Corée du Sud82 300
Japon23 500


La Chine est le premier pays producteur mondial. Cependant, il reste très difficile de chiffrer la production castanéicole chinoise, car la châtaigne représente un des aliments de base, et est donc largement consommée par les populations locales.

Avec la Corée du Sud et le Japon, on estime la production asiatique à 1 730 000 Tonnes.

La production asiatique a triplé en 50 ans.


EUROPE
Volumes exprimés en tonnes (Source : FAOSTAT)

EUROPE169 417
Turquie59 171
Italie42 700
Portugal22 400
Espagne18 600
Grèce11 000
France9 536
Albanie5 500


Le bassin européen a produit 169 000 Tonnes en 2010. La production européenne a diminué de plus de la moitié en 50 ans.

La châtaigne était l'aliment de base des populations rurales jusqu'au 19ème siècle. La production, alors très importante en Europe, a fortement régressé à cause des maladies du châtaignier et de l'essor des pommes de terre et des céréales.

A l'échelle mondiale, l'Europe représente la principale zone d'importation. Les pays européens importent 7 300 T de châtaignes produites hors de l'UE, majoritairement de Turquie, mais également de Chine. L'Italie est le premier pays importateur européen, dépassant la France depuis peu.

Plus de la moitié de la production européenne de châtaignes est destinée à la transformation, qu'elle soit artisanale ou industrielle. Ce taux de transformation a augmenté les dernières années pour faire face à la demande des consommateurs d'aujourd'hui qui recherchent des produits faciles à consommer.


> La production de châtaignes au niveau national et régional

La France a produit 9 500 tonnes de châtaignes en 2010. Elle se place au 6ème rang des producteurs européens.

Elle exporte environ 35% de sa production, majoritairement vers l'Allemagne, mais également vers la Suisse et la Belgique.

Parallèlement aux exportations, la France importe pour une valeur légèrement supérieure des châtaignes provenant pour moitié d'Italie, puis d'Espagne et du Portugal. Les châtaignes importées servent pour la transformation par les industries agroalimentaires, alors que la production nationale est consommée ou exportée en frais.

On observe deux pôles de production comparables : le Sud-Ouest et le Sud-Est. Zone de production de moyenne altitude, entre 200 à 1000 mètres, ce qui permet de valoriser des sols souvent à fort handicap naturel.

La castanéiculture lotoise

> La production de châtaignes dans le Lot

On retrouve 2 zones de production dans le département :

  • La Bouriane, région sablonneuse sur une roche mère à calcaire dur fissuré
  • Le Ségala, zone sablo-limoneuse sur du schiste

Environ 220 hectares de châtaigniers sont présents dans le Lot d'après le RGA 2010.
On peut estimer la production autour de 350 tonnes, la commercialisation ayant lieu en partie auprès des négociants.
Les planteurs sont principalement des retraités ou double actif passionnés par le Châtaignier, il n'y a quasiment pas d'exploitations spécialisées uniquement dans le châtaignier. C'est un atelier complémentaire.

> Une filière castanéicole lotoise soutenue

Pour relancer la plantation et la production castanéicole dans le département, le Conseil Général du Lot attribue 10 % d'aide à la plantation de châtaignier selon le coût estimé par FranceAgriMer.
Le Conseil Régional attribue la même valeur.

2 O.P sont reconnues pour la commercialisation de châtaignes dans le Lot, il s'agit des O.P ValCausse et CAPEL.
Ces deux structures disposent de conseillères spécialisées pour appuyer les castanéiculteurs adhérents ainsi que de financement pour l'équipement neuf. Vous pouvez contacter les 2 conseillères :
Leslie VAN ONCEM (CAPEL,Tél. :  06 27 10 49 05)
Pauline HOEFFERLIN (ValCausse, Tél. : 06 15 73 74 27)

La Chambre d'Agriculture dispose également d'une conseillère spécialisée Châtaigne, Lydie LEYMARIE LACHAUD qui forme et informe les producteurs sur la production de Châtaignes.
Du conseil individuel sur la gestion de la châtaigneraie est réalisé sous forme de prestation de service.

Le Comité du Noyer et du Châtaignier du Lot anime également des journées autour de la filière châtaigne

 

Atouts et difficultés de la filière

> Cynips du châtaignier : un organisme de quarantaine menaçant la châtaigneraie française

Le Cynips du châtaignier est considéré au niveau mondial comme le ravageur le plus important du châtaignier.
Originaire de Chine, il a contaminé l'Italie en 2002 avant de rejoindre la France en 2005. Le Cynips peut être responsable d'une perte de récolte allant de 50 à 80%. Cet insecte pond ses œufs dans les bourgeons latents au cours de l'été. A la reprise d'activité de l'arbre, des galles se forment sur les jeunes pousses, les organes de la plante ne se développent donc pas complétement.

La seule méthode de lutte existante consiste à lâcher un parasitoïde, le Torymus sinensis. Mais cette lutte est longue à instaurer, car il faut plusieurs années pour que la population de Torymus atteigne la taille de la population de Cynips.

En attendant que la lutte soit totalement mise en place, les producteurs auront besoin d'un soutien financier si l'on souhaite sauvegarder la châtaigneraie française.

> Perspective de développement de la filière

Au niveau européen, la production ne suffit pas à satisfaire la consommation. Le volume de produit doit donc être complété par des importations hors UE, ce qui laisse une marge de développement pour la filière.
L'augmentation des produits transformés consommés permet également de voir des perspectives à long terme pour la filière.
Enfin, les prix de vente aux consommateurs permettent de rémunérer les acteurs de la filière.

Pour se développer, la filière doit néanmoins surmonter plusieurs contraintes. La première est le Cynips qui risque d'entrainer un abandon des vergers et un recul du nombre de plantations, les principales variétés présentes en France étant très sensibles.

Le vieillissement des châtaigneraies et une population âgée de propriétaires entrainent une disparition de la châtaigneraie traditionnelle. Les quelques nouveaux planteurs de nouveaux vergers sont confrontés aux difficultés d'implantation des vergers, à cause d'une sensibilité accrue des variétés aux maladies telles que le phytophthora et le chancre de l'écorce. Pour parvenir à dépasser ces contraintes, la filière castanéicole française se regroupe par le biais du Syndicat National des Producteurs de Châtaignes.

> Syndicat National des Producteurs de Châtaignes

Créé en 2012 en conséquence du développement du Cynips du Châtaignier, ce syndicat regroupe les associations des producteurs de châtaigniers des différentes régions de France. L'objectif est de fédérer les différentes zones de production française autour de ce fléau mais aussi de travailler en commun au développement de la filière castanéicole française.

Le syndicat a pour objet :

• de favoriser les échanges entre les régions productrices de châtaignes,

• de définir les grandes orientations de la castanéiculture française,

• de représenter ses adhérents dans les différentes instances,

• de favoriser la promotion de la châtaigne française.


Les priorités actuelles du syndicat national des producteurs de châtaignes sont :

• la lutte contre les problèmes sanitaires, en particulier le Cynips du châtaignier et l'appui aux producteurs subissant des pertes économiques liées au Cynips

• la prise en compte de la production de châtaignes dans la future politique agricole commune (PAC) en particulier au niveau du paiement unique et du développement rural pour les zones défavorisées et de montagne

 


Contacts


CHAMBRE D'AGRICULTURE
DU LOT

Lydie LEYMARIE LACHAUD

13 avenue du 8 mai
46200 SOUILLAC

Tél. : 05 65 37 81 38

Email : l.lachaud@lot.chambagri.fr

____________________________________

Comité du Noyer et de la Châtaigne
Président :
Georges DELVERT
13 avenue du 8 mai
46 200 SOUILLAC
Tél. : 05 65 37 81 38

Syndicat national des producteurs de châtaignes
Président

Bertrand GUERIN
Animateur
Eric BERTONCELLO
4 Avenue de l'Europe Unie
07000 PRIVAS
Tél. : 04 75 20 28 00