Actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Semences potagères et betteravières

Le syndicat des agriculteurs multiplicateurs du Lot - Tarn-et-Garonne a organisé une rencontre de bilan et de visite le 30 mars à FONTANES. En présence des représentants des entreprises semencières et le FNAMS., ils ont pu échanger sur leurs conditions de production et les évolutions en cours dans cette filière.

Les deux co-présidents du syndicat, E. Lonjou et S. Berthoumieux ont accueilli une quarantaine d’agriculteurs à cette rencontre destinée à faire le point sur les contrats en cours, les évolutions techniques et les perspectives à venir pour ce type de semences.
Dans un contexte agricole mouvant avec une conjoncture incertaine pour les grandes cultures, la production de semences potagères et betteravières présente un intérêt certain pour de nombreuses exploitations du Quercy, notamment celles disposant de l’irrigation et de parcelles bien isolées. Les deux co-présidents du syndicat insistaient néanmoins sur la nécessité de ne pas rester seuls mais d’adhérer au syndicat pour mieux se défendre et connaître les problématiques du secteur.

   


ÉVOLUTIONS EN COURS

F. Roques, délégué FNAMS, faisait le point sur les dernières évolutions du secteur des semences. Pour 2017, les chiffres du GNIS montrent une forte augmentation des surfaces de carottes, oignons, persil, épinards, choux et aneth. Pour 2018, les prévisions annoncent un tassement des surfaces en betterave sucrière, des évolutions stables sur les différentes espèces potagères avec quelques inquiétudes pour les carottes et une progression des semences d’oléagineux et de luzerne.
Sur nos deux départements, ces emblavements restent conséquents avec une forte progression des surfaces potagères sur le Lot ces dernières années. On note que les oléagineux et la luzerne sont également en nette augmentation.
Concernant les semences bio, les responsables professionnels constatent que la demande existe mais que les difficultés techniques limitent leur développement. De la maîtrise des adventices à celle des ravageurs en passant par les risques climatiques, il s’avère très compliqué de garantir un rendement en respectant ce cahier des charges très strict. Les entreprises semencières tentent de trouver des solutions pour débloquer ces problèmes et répondre à ce marché en devenir.

CONDITIONS DE PAIEMENT

Les participants ont longuement débattu sur les conditions de production avec la mise en place en 2016/2017 de la nouvelle convention type qui régit les relations entre agriculteurs et obtenteurs.
Cette convention cadre complétée de neuf annexes spécifiques a été négociée au niveau national pour mieux équilibrer et mieux harmoniser les conditions de paiement entre espèces.
Elle s’applique à la campagne 2018 et précise entre autres les points de vigilance à surveiller : date de remise du contrat, fourniture du cahier des charges de la culture, fixation du rendement de référence, contrôles sanitaires réalisés, épuration, livraison du lot, conditions d’agréage, de rémunération… Certains producteurs ne comprennent pas les critères de classement voire de refus d’agrément de leurs lots. Les conditions d’agréage demeurent parfois un point de crispation. Les conseillers agricoles des Chambres d’Agriculture soulignaient l’importance d’accompagner les agriculteurs et d’être présents lors des prélèvements de contrôle. Il a été rappelé que les échantillons prélevés doivent être contradictoires, c’est à dire acceptés par les deux parties.

VISITES DE TERRAIN

Après la réunion en salle, les participants sont allés visiter des parcelles d’oignons et de betterave sucrière sur l’exploitation de Sylvain Berthoumieux. Installé depuis 2012, ce jeune agriculteur mise beaucoup sur la production semencière avec du maïs, des oignons hybrides, des radis, et des betteraves. Il faisait le point sur les contraintes de production, l’indispensable maîtrise de l’irrigation, la gestion de la main d’œuvre, la nécessité d’avoir des équipements spécifiques…
Les producteurs sont heureux des opportunités offertes par cette filière semencière mais déplorent le manque de soutien public : absence d’aide à l’achat des équipements, difficultés de création de réserves d’eau. Ils réclament donc un véritable appui à cette filière porteuse d’avenir.

 

   

 


Allez à la rubrique : Productions & techniques / Cultures / Grandes cultures


Localiser

FONTANES